jeudi, février 23, 2006

La route Bamako - Sikasso


Voici le goudron : en dehors des villes, seul les grandes routes nationales sont asphaltées. Nous avons quitté Bamako vers Bougouni, presque 200 km au sud. Partout en route, de petits villages. Partout des gens, surtout quand il y a marché. Alors il y a foule : l'on arrive en vieux minibus surchargés, en vélo ou à pied des environs. Les gens marchent beaucoup, surtout les femmes qui viennent des villages en brousse : elle font des km pour vendre leurs produits : légumes, fils de coton, etc... Dans tous les villages il y a des mosquées : certaines très anciennes, mais un nombre impressionnant de construction récente. Sur tout le trajet, nous voyons à peine deux ou trois églises, surtout celle de Farakala au bord du goudron (37 km avant Sikasso), construite grâce à votre soutien !Nous voici arrêtés au bord du goudron, juste après Bougouni. Il nous reste encore 130 km, mais la route est bonne. Pas beaucoup de temps à perdre : le soleil va bientôt se coucher, et conduire la nuit est dangereux car les gens qui marchent le long de la route ou avec leur âne et charette n'ont pas d'éclairage. La nuit est tombée et la dernière heure nous avons roulé avec prudence : nous avons rejoint Sikasso fatigués, mais en bonne forme !

1 commentaire:

Emmanuel a dit…

De Revd Tiowa Diarra, posté le Lundi 30 janvier 2006 à 14:41

Il me plait de me réjouir de la création de cet espace de Communication initié par le Pasteur Emile Carp, pour informer les partenaires qui soutiennent les Eglises en Afrique de l'Ouest, en particulier au Mali et au Burkina Faso. Par ce ministère, ce sont des dizaines d'Eglises, de Pasteurs qui bénéficient de ce ministère l'accomplissemtnt de la Mission de notre Seigneur en Afrique.
Dans cet espace, je dois aussi soummettre ce besoin (il y a n'en déjà beaucoup!) de l'implantation de l'Eglise de Badalabougou, dans un quartier résidentiel de Bamako, sur la rive droite.
La communauté vient de doubler le nombre de ses membres après des contacts fructueux à l'Université de Bamako située sur la Colline de Badalabougou. Le nombre de chaises est devenu insuffisant pour cette commununauté située de manière appropriée et providentielle en bas de la colline abritant l'Université.
L'Eglise de Badalabougou afin de s'implanter de façon durable devrait acquérir ses propres locaux, et quitter définitivemet le stade de la location.
Le propriétaire voudrait bien sûre vendre la cour (terrain et bâtiment actuel) à un montant de 55.000.000 FCFA.
Par l'intermédiaire du Pasteur Emile Carp, nous voulons montrer ce besoin. Veuillez le contacter pour plus de renseignements sur la Commununauté de Badalabougou et sur son Pasteur.
Fraternellement,